News Letter Novembre

La Lettre d’Informations
Prévenir – Renseigner – Anticiper
Placement: INVESTIR

FIP et FCPI, gros risque et fort potentiel

Le fonds d’investissement de proximité (FIP) et le fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI) sont des solutions de défiscalisation [ ]
Le FIP et FCPI sont des solutions de défiscalisation permettant de minorer l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur la fortune Immobilière (IFI). Elles constituent des portes d’accès à l’investissement en direct dans
le tissu économique français, notamment dans les PME. FIP et FCPI fonctionnent sur le même modèle : une fois collecté auprès des épargnants, l’argent est injecté dans le capital de plusieurs sociétés (cotées ou pas). Triées sur le volet au préalable par les sociétés de gestion, ces entreprises en quête de financement sont, en principe, promises à de belles perspectives de croissance. Le FIP et le FCPI se différencient par le profil des entreprises sélectionnées. Le premier cible celles installées dans des régions géographiques proches ; le second privilégie des sociétés (TPE, PME) innovantes. [ ]
Fiscalité : réduction d’impôt sur le revenu de 18 % ou 38% (FIP outre-mer et Corse) du montant investi plafonné à 12.000 euros (2.160 euros par an) pour un célibataire et à 24.000 euros (4.320 euros) pour un couple. Entre dans le plafonnement des niches fiscales de 10.000 euros par an. Exonération de la plus-value en cas de revente à l’échéance.

Source:https://patrimoine.lesechos.fr/placement/epargne/0211708395886-fip-et-fcpi-gros-risque-et-fort-potentiel-2060606.php

Finance: PATIENCE

Octobre 2018 Krach boursier ou simple correction ?

L’accumulation de mauvaises nouvelles et la prise en compte de risques de plus en plus nombreux ont fini par faire baisser les marchés actions la semaine dernière.
Difficile dans le flux de nouvelles négatives récentes de distinguer un seul facteur ayant déclenché le mouvement de ventes.
*Plusieurs signaux incitaient à la prudence ces dernières semaines :
La croissance en Chine ou en Zone Euro a ralenti depuis quelques mois. Les pays émergents sont coincés entre la hausse du $ qui renchérit leurs coûts de financement et l’inflation qui augmente. Les Etats-Unis au contraire sont en nette croissance mais la FED monte ses taux ce qui inquiète beaucoup d’investisseurs. Les matières premières, hors pétrole, reculent depuis plusieurs mois ce qui instille des doutes sur le rythme à venir de l’économie mondiale. Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine devraient peser sur l’ensemble du commerce mondial. L’Italie et les doutes budgétaires qui l’accompagnent accroissent les doutes sur la construction européenne. [ ] Cet ensemble de mauvaises nouvelles laisse mal augurer des toutes prochaines semaines en bourse. Les problèmes ne seront pas tous réglés en quelques jours, tout rebond dans les prochains mois sera donc probablement fragile.
Il nous semble donc préférable de garder une part de cash pour traverser les prochaines semaines et attendre un peu avant de renforcer les positions. Notre optique reste celle d’investisseur long-terme et, si nous nous plaçons dans une perspective 2019-2020, l’analyse de la situation est nettement moins inquiétante.
*L’économie continue de croître : le FMI, qui n’est pas réputé pour être particulièrement optimiste anticipe une croissance de 3.7% pour 2019 et 2020. Des doutes émergent sur la Chine qui devrait ralentir un peu, mais il faut garder à l’esprit que la Chine a d’ores et déjà engagé un plan de soutien à son économie pour éviter tout ralentissement trop brutal. Les taux courts américains devraient continuer à monter, au moins un peu, mais c’est plutôt sain, s’il n’y a pas d’emballement. En effet, la politique de la FED vise aussi à limiter les risques de surchauffe. Pour le moment, malgré toutes les critiques qu’elle a subies, la FED a parfaitement géré la situation depuis près de 10 ans. Le facteur le plus incertain reste la « politique ». La guerre commerciale va probablement durer encore des mois, même chose pour la situation italienne. Si l’on veut positiver, ces tensions permettent aussi d’éviter une surchauffe de l’économie et freine donc la remontée trop forte des taux longs.
Grâce à la croissance mondiale, nous continuons de penser que les résultats des entreprises progresseront en 2019 et 2020. A ce titre, une simple projection des cours actuels prenant compte de la hausse des profits attendus fait apparaître, selon nous, que de nombreux titres reviennent progressivement proche de cours d’achat.

*Pourquoi ne pas acheter maintenant ?

Il ne faut pas se précipiter selon nous car la dynamique à court-terme des marchés reste fragile. Les aspects plus techniques comme les flux de sorties sur les émergents ou certains segments de marchés incitent à une certaine prudence. Nous considérons donc qu’il faut attendre encore un peu pour revenir en priorité sur de grandes valeurs de qualité.

Source :http://www.talencegestion.fr/news/detail/486/Krach-boursier-ou-simple-correction 15/10/2018

Placement retraite S’ENGAGER

Épargne-retraite, ce que va changer la loi Pacte :

*Le plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises veut inciter les Français à épargner pour leur retraite.

C’est un article de la loi Pacte. Un seul et unique article, le numéro 20, dans un projet de loi qui en compte 74. Mais il concentre l’un des objectifs affiché par la gouvernement?: « Faire de l’épargne-retraite un produit phare de l’épargne des Français » et orienter ces sommes vers l’économie productive, en particulier les petites et moyennes entreprises.
Pour y parvenir, le gouvernement a donc engagé, dans le cadre de ce projet de loi, une réforme des produits d’épargne-retraite, en poursuivant trois objectifs?: simplifier et harmoniser les dispositifs existants?; les rendre transférables, quel que soit le parcours professionnel?; et augmenter la concurrence entre les gestionnaires d’actifs pour obtenir de meilleurs rendements. [ ]Trois objectifs donc, à commencer par l’harmonisation des dispositifs. À l’issue de la réforme, ils devraient être regroupés dans une seule enveloppe – appelée plan d’épargne-retraite (PER) -, aux règles de fonctionnement harmonisées mais toujours composée de trois compartiments?: l’un pour les placements individuels?; un autre pour les plans d’épargne-retraite collectifs négociés pour l’ensemble des salariés?; et un dernier pour les plans d’entreprise réservés à certaines catégories de personnel.
Par exemple, la loi prévoit que les conditions de déblocage de l’épargne soient harmonisées et assouplies?: au moment de la retraite, il sera possible de sortir en rente ou en capital, au moins pour les versements volontaires, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui pour plusieurs produits. Autre évolution, les causes exceptionnelles de déblocage anticipé sans pénalité seront également harmonisées et élargies. L’achat de sa première résidence principale constituera par exemple une cause recevable, et ce pour tous les dispositifs.
« Le gouvernement n’est pas allé au bout de la simplification »
Cette simplification permettra de répondre au deuxième objectif?: rendre « portables » ces produits d’épargne. Actuellement, un épargnant qui bénéficie d’un plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) ouvert par son entreprise ne peut le transférer s’il est recruté par un autre employeur. « Alors que les carrières professionnelles sont moins linéaires, la perspective de devoir cumuler plusieurs produits non transférables est un frein important à leur commercialisation », reconnaît Jean-Noël Barrot, député (MoDem) et co-rapporteur de la loi. Enfin, le projet de loi vise à stimuler la concurrence entre les offres de produits d’épargne-retraite proposés par des gestionnaires d’actifs – type Natixis Asset Management et Amundi – et ceux proposés par les banques et assureurs. Avec, in fine, l’ambition de faire baisser les frais de gestion et donc d’obtenir de meilleurs rendements pour les épargnants. [ ] « Ces réformes vont rendre les plans d’épargne-retraite plus attractifs que l’assurance-vie, ¬assure Jean-Noël Barrot. Or, 23 % des détenteurs d’assurance-vie déclarent avoir souscrit ce contrat pour préparer leur retraite. Si tous réorientaient leurs fonds, il y aurait 30 milliards d’euros de plus par an sur les plans d’épargne-retraite. » [ ] Deux éléments ont été introduits dans la loi pour changer la donne. D’abord, la généralisation du taux réduit du forfait social (16 % au lieu de 20 %), payé par les employeurs sur les sommes affectées aux plans d’épargne-retraite d’entreprise et dont les fonds sont investis à 10 % minimum en titres de petites et moyennes entreprises ou d’entreprises de taille intermédiaire. Jusqu’à présent, ce taux réduit était réservé à un seul produit d’épargne (le Perco), et le seuil était fixé à 7 %.
Grande et incertaine réforme des retraites : Seconde pièce du dispositif, la loi prévoit que la « gestion pilotée » devienne l’option par défaut de tout plan. C’est-à-dire que si l’épargnant ne manifeste pas sa volonté de gérer lui-même l’affectation de son argent, cette mission sera dévolue au gestionnaire. Or, ce dernier tiendra compte de l’horizon de placement de l’épargnant et investira fortement en actions au départ, puis de moins en moins à l’approche de l’âge de la retraite.
« Dans l’hypothèse où 70 % des encours feraient l’objet d’une gestion pilotée, 17 milliards d’euros seraient investis en actions, se félicite Jean-Noël Barrot. Et selon les estimations du gouvernement, deux milliards sur ces 17 iraient au capital des PME. »
En outre, le gouvernement attend de l’augmentation du flux d’argent vers l’épargne-retraite entre 1,2 milliard et 5,4 milliards d’euros de plus au capital des entreprises, à l’issue de la réforme. Sera-ce suffisant pour convaincre les épargnants, au moment où se dessine une grande et incertaine réforme des retraites??[ ]

Source : https://www.la-croix.com/Economie/Economie-et-entreprises/Epargne-retraite-changer-loi-Pacte-2018-10-22-1200977729?from_univers=lacroix

*Pour plus de renseignements didier.jacques@ascentialis.com

Lorsque vous faites appel à votre conseiller en investissements financiers, celui-ci, pourra vous apporter
toutes les informations et conseils nécessaires.
 

Conformément au Règlement Européen sur la Protection des Données (RGPD UE 2016/679), vous avez le droit de demander à consulter / corriger / vous opposer / exporter / supprimer le contenu des informations personnelles détenues dans notre système d’information ainsi que les traitements associés. Pour accéder à vos données merci de nous envoyer un email à l’adresse communication@ascentialis.com. Pour toute réclamation concernant l’exercice de vos droits vous pouvez nous adresser un courriel à l’adresse communication@ascentialis.com ou nous appeler au : 05 62 58 33 84

 

Ce qui compte pour moi c’est VOUS !

  • Vous offrir un autre regard, ouvrir d’autres chemins possibles, vous accompagner à accélérer les changements ….
  • Décrire avec vous votre bilan personnel et professionnel, vous accompagner à élaborer et mettre en œuvre vos projets.
  • Vous faire découvrir vos propres forces pour mieux vivre un repositionnement personnel ou professionnel.
Remonter